Blog With Right Sidebar

Institut National de la Statistique, des Etudes Economiques et Démographiques

Flash Stat

En juillet 2021, le niveau général des prix a augmenté de 0,1% par rapport au mois de juin 2021.

Au 1 er trimestre 2021, la production industrielle au Tchad a baissé de 9,6% comparée à celle du dernier trimestre de l’année précédente.

En 2017, l’activité économique baisse de 1,9%

Interview du DG du Fonds National de Développement de la Statistique (FNDS) au Tchad

Le Fonds National de Développement de la Statistique est l’un des organes du Système Statistique National tchadien, pour mieux connaitre ses missions, stratégies et projets, la Cellule de Communication, des Relations Publiques et du Markéting de la Direction Générale de l’INSEED est allé à la rencontre de son DG.

Monsieur Abdoulaye BARH BACHAR, vous êtes Statisticien, ancien cadre de l’Institut National de la Statistique, des Etudes Economiques et Démographiques (INSEED) ancien économiste au Département Afrique du FMI et ancien Secrétaire Général du Ministère des Finances et du Budget. Actuellement, vous êtes le tout premier Directeur Général du Fonds National de Développement de la Statistique (FNDS), suite à l’aboutissement de la réforme de l’appareil statistique national qui a commencé depuis 2014. La première phase de mise en œuvre de la réforme est intervenue au lendemain de la promulgation en juin 2019 de la loi N° 026/PR/2019 portant organisation et réglementation des activités statistiques au Tchad et ses Décrets d’application. Notons toutefois que la première réforme de l’appareil statistique national du Tchad n’a pas donné des résultats escomptés à cause entre autres de l’insuffisance du financement, c’est-à-dire de la faible mobilisation des ressources intérieures.

QUESTION1 : Est-ce que vous pouvez nous présenter le FNDS, votre institution, Comment est-elle organisée et Quelles sont ses missions ?

Réponse : Merci de nous avoir donné l’opportunité de nous exprimer pour la première fois depuis notre nomination à la tête de cette institution. Je tiens à remercier les plus hautes autorités du Tchad pour la confiance placée à notre modeste personne au terme de l’aboutissement du processus de recrutement.  C’est aussi une occasion pour nous d’expliquer les efforts menés jusqu’ici dans le financement de la réforme du système statistique national.

Pour revenir à votre question, le Fonds National de Développement de la Statistique (FNDS) est un établissement public, crée par le décret pris en Conseil des Ministres à la suite de la réforme du Système Statistique National. Le FNDS doté de la personnalité juridique et de l’autonomie de gestion est administré par un Conseil d’Administration ; Dirigé par un Directeur Général Assisté d’un Adjoint, recrutés suite à un appel à candidature, le FNDS comprend :

  • Une Direction Générale ;
  • Une Direction des Études et de Programmation ;
  • Une Direction des Affaires Administratives et Financière ;
  • Une Direction de la Coopération Internationale et de la Communication ;
  • Une Agence Comptable ;
  • Et un Audit Interne.

Au titre de ses missions, il est destiné à recevoir les versements effectués au titre des ressources financières du Système Statistique National et dont les missions principales consistent à :

-Améliorer la production et la qualité des données statistiques en finançant de manière générale les activités du Système Statistique National et particulièrement les activités de l’INSEED et des structures sectorielles de Statistiques ;

-Sécuriser le financement des programmes pluriannuels d’activités statistique de la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) ;

-Réduire la dépendance du Système Statistique National vis-à-vis des financements extérieurs ;

-Recueillir, gérer et redistribuer les ressources financières destinées à la production des données statistique.

Pour le financement extérieur, le FNDS travaille pour la mise en place d’un système de coordination qui pourrait canaliser les préférences individuelles de financement des PTFs vers l’objectif global qui est l’amélioration de la production des statistiques tant en terme de qualité, de couverture et des délais.

QUESTION2 : En tant qu’ancien Secrétaire Général du Ministère en charge de finance et actuel DG du Fonds National de Développement de la Statistique, comment percevez-vous le défi de la mobilisation des ressources pour le financement de la statistique au Tchad ? Et quelles sont vos stratégies pour réussir votre mission ?

Réponse : La Stratégie Nationale de développement de la Statistique 1(SNDS1 2011-2015) a donné des résultats mitigés en partie à cause de la faiblesse du financement intérieur et les difficultés liées à sa mobilisation.

Le Gouvernement a déjà, dans le cadre de la loi des finances 2021, rehaussé la quote-part pour le financement du système statistique national à 15 % de la redevance statistique à l’importation et l’exportation alors que cette quote-part était de 8 % de la redevance statistique sur les importations. De même, le Gouvernement a mis en place un mécanisme qui définit les modalités de répartition et de recouvrement des produits affectés de la redevance statistique sur les importations et sur les exportations.

Notre stratégie consistera donc à sécuriser ces financements et le rehausser encore en cas de besoin.  

QUESTION3 : sur la base des projections, vous connaissez déjà les besoins de financement de la statistique pour les années à venir, quelles sont vos perspectives pour la mobilisation des ressources nécessaires pour satisfaire ces besoins ?

Réponse : la Stratégie Nationale de développement de la Statistique 2(SNDS2 2022-2026) adopté par le Conseil National de la Statistique lors de sa Session de juillet 2021 est évaluée à 88,4 milliards de FCFA contre 32,9 milliards pour la SNDS1. Sur ce montant, plus de 46 % est destiné au financement du 3ième Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH3). A ce jour, la part du financement acquis est de 25 % donc il reste 75 % du financement, soit plus de 66 milliards de FCFA à rechercher pour boucler le gap sur les 4 prochaines années.  L’Etat tchadien s’est déjà engagé à financer la SNDS2 à hauteur de 51 % sur la période 2022 à 2026. En ce qui concerne les partenaires techniques et financiers, nous allons organiser une table ronde pour le financement du SNDS2 y compris la RGPH3 pour mobiliser la différence. 

QUESTION4 : L’Etat ne sera pas seul à financer la statistique au Tchad, car certains partenaires traditionnels appuient le Tchad dans ce domaine. Mais en ce qui concerne la contribution de l’Etat, quelles stratégies concrètes pensez-vous mettre en œuvre pour la mobilisation de la quote-part de la redevance statistique affectée par la loi des finances 2021 ?

Déjà, avant de décliner notre stratégie pour la mobilisation des ressources intérieures permettez-moi de remercier, au nom du Gouvernement, les partenaires techniques et financiers, parmi lesquels la Banque mondiale, l’Union européenne, la Banque Africaine de Développement, l’Agence Française de Développement, le PNUD qui appuient notre pays dans la mobilisation du financement en général et en particulier le financement du système statistique national. Ces remerciements vont aussi à l’endroit du Fonds monétaire International (FMI) qui appuie notre pays à travers l’Assistance technique, l’élaboration des statistiques des finances publiques, les statistiques monétaires et des balances des paiements. Donc nous comptons, pour le financement du SNDS2, mutualiser les efforts tout en respectant les préférences individuelles de chaque partenaire.

Pour la mobilisation concrète, notre stratégie consiste à lier le financement aux résultats. Il s’agit de définir et fixer des indicateurs de performances aux structures institutionnelles du SSN d’une part, et de suivre la mise en œuvre des activités convenues dans l’allocations des ressources. Ensuite présenter les résultats atteints pour mobiliser d’autres financements.    

QUESTION5 : Quel sera votre dernier mot ?

En guise de conclusion, je voudrai insister sur le fait que les statistiques sont à la base du Développement car l’élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques ne peuvent se faire efficacement sans des données statistiques fiables et à jour. A ce titre la réforme du système statistique national est très importante et exige beaucoup d’efforts en ressources humaine et financière.  Des études ont prouvé qu’en matière de réforme, la mise en place du cadre formel représente 10 %. Il est évident de dire que  les pratiques, les tabous et autres réalités sociologiques représentent le 90 % donc nous devons tout faire pour que cette réforme aboutisse.

De même, la communication doit jouer un rôle très important pour faire comprendre la réforme et requérir son acceptation par les parties prenantes.

Partager sur :

ANNONCES ET COMMUNIQUES

Formation           voir tout         Offre d'emplois

Statistiques Courantes

Enquêtes & Recensements en Cours

Dernier Bulletin

© 2018 INSEED. All Rights Reserved. Designed By I-media Consulting

Search